lundi 29 août 2011

Le capitalisme à l'agonie (2): les effets de la concentration du capital


-L'excès d'agent chez certains dû à sa concentration le rend disponible pour des paris sur les fluctuations de prix qui tout à la fois créent du risque systémique et accentuent encore cette concentration = l'analyse centrale de la crise
Si cela toujours existé ,il y a cependant aujourd'hui des raisons de réexaminer ces effets : 1/la spéculation fragilise l'économie en ponctionnant et détournant des liquidités 2/ les niveaux atteints entraîne un risque d'effondrement total,appelé systémique

- Ce qui intéresse le spéculateur c'est la variation en soi : son profit c'est l'écart entres prix d'achat et prix de vente et donc il encouragera le développement de tendances aussi bien à la hausse qu'à la baisse et donc une volatilité des prix (cf hausse de l'essence en 2008 alors que la demande est au plus bas)

- Ce phénomène n'est pas récent et a été jugulé en France par la loi de 1885 qui exempta de l'exception de jeu les paris sur les fluctuations de prix c'est à dire admit comme recevable les plaintes relatives au non paiement des enjeux de ces paris. Cela partait d'une bonne intention ,rembourser les pauvres quand les opérations financières tournaient mal.
L'exception de jeu était une ordonnance de 1629 : elle déclare tout dette de jeu nulle et toutes obligations de promesses faîtes pour le jeu nulles et et de nul effet.

- La vente à découvert: l'ordre des agents de change est créé en 1723 pour enrayer les ventes fictives d'effets publics visant à en faire baisser le prix (fonds d'état, rentes, bons du trésor)
Le vendeur ne possède aucunement ce qu'il vend et n'achètera l'effet qu'au moment de le livrer espérant que le prix en sera moindre.

-Ce qu'il convient de faire aujourd'hui : rétablir l'exception de jeu pour interdire aux spéculateurs de jouer